Couverture de Le jardin d’Abdul Gasazi

Le jardin d’Abdul Gasazi

AUTEUR : Chris Van Allsburg
ILLUSTRATEUR : Chris Van Allsburg

TRADUCTRICE : Christiane Duchesne
À partir de 5 ans.
28 pages

Dans ce livre extraordinaire, Chris Van Allsburg explore avec brio les frontières entre la réalité et le fantastique. Les illustrations magiques et superbes qu’il a créées vont hanter les lecteurs bien après qu’ils aient quitté le jardin d’Abdul Gasazi.

Le premier livre écrit et illustré par Chris Van Allsburg, qui s’est mérité le prestigieux prix Caldecott en 1980.

Thématiques : chien, consignes, magie, jardin animalier, responsabilités.

Distinction

  • Prix Caldecott 1980

Renseignements supplémentaires

  • ISBN 978-2-924645-05-5
  • Distribué au Canada par dimedia.com
  • Distribué en Europe par Harmonia Mundi en novembre 2020
24,95 $

« Quelle idée excellente de rééditer dans un format de luxe ce premier album de Chris Van Allsburg. On reconnaît déjà la touche mystérieuse et subtilement inquiétante qui se déploie dans chacun de ses ouvrages : cadrage inusité, proportions inhabituelles, étrangeté des lieux et atmosphère surannée. Un très beau livre objet, qu’on referme en nouant un ruban, comme on le ferait d’un écrin recelant un secret bien gardé : et si la magie existait pour de vrai ? »

Librairie Gallimard

« Publié pour la première fois en 1979, Le jardin d’Abdul Gasazi, écrit et illustré par Chris Van Allsburg, est repris par l’éditeur D’eux et traduit avec grâce par Christiane Duchesne. Avec ce texte profond qui invite les enfants à questionner le réel, les tableaux monochromes de Van Allsburg, jouant d’ombres et de perspectives, nous plongent dans un univers parallèle, intrigant, à l’image du récit. »

Marie Fradette, Le Devoir

« C’est à la jeune maison d’édition D’eux que nous devons enfin la traduction française de ce classique américain. Traduit par l’excellente auteure Christiane Duchesne, imprimé sur du papier de qualité dans un format légèrement surdimensionné, et doté d’un ruban pour l’attacher une fois fermé, à la manière d’un précieux secret, ce livre est une des belles surprise de la rentrée. »

Isabelle Jameson, Campagne pour la lecture

« Un des 100 meilleurs livres publiés en langue anglaise. »

Le magazine Time.

Cet album est magnifique, tout en dégradé de noir, blanc gris, il porte la patte de son auteur avec des formes étranges, des proportions bien à lui. Chaque page semble ouvrir sur un monde à part familier et étrange à la fois, la magie opère en fait dès les premières illustrations. On aime la rondeur faussement tranquille des jardins et des personnages, le mystère qui plane discret mais bien présent. Un album magique à n’en pas douter. Un superbe cadeau pour imaginer, rêver et se laisser aller dans un univers onirique pas comme les autres.

Jean-Luc http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2020/12/08/le-jardin-d-abdul-gasazi-selection-noel-2020-joyeuses-fetes-6282892.html

Cet album est le premier livre de Chris Van Allsburg édité pour la première fois en 1979. Vous connaissez peut-être cet auteur pour ces livres Boréal Express ou Jumanji. Cette réédition est impressionnante de modernité. En dehors de l'époque dans laquelle s'inscrit l'histoire, rien ne laisse penser que ce livre a plus de 40 ans. L'objet est déjà très beau avec son titre doré, l'aperçu de ce jardin impressionnant et le ruban qui permet de fermer le livre d'un joli nœud. L'histoire est assez simple tout en nous emmenant à la frontière entre la réalité et le fantastique. Ce jardin nous attire autant qu'il nous inquiète et les illustrations tout en finesse et en nuances de gris n'y sont pas pour rien. Abdul Gasazi, annoncé comme un magicien en retraite, en impose dès la porte d'entrée avec son air dominateur, son chapeau albanais, son cigare et la grande demeure qui l'entoure. Même si tout les oppose, Alan reste déterminé face à l'homme pour récupérer Fritz. C'est l'annonce du sort jeté au chien qui lui fera perdre confiance mais Alan n'est pas au bout de ses surprises... et le lecteur non plus ! Ouvrir cet album, c'est s'assurer de plonger dans une atmosphère singulière à la limite du réel. L'auteur joue avec la naïveté de l'enfant et de l'adulte lecteur et chacun pourra se faire sa propre conclusion sur le dénouement de l'histoire. Je suis sous le charme de ce bel album qui n'a pas pris une ride et qui fera un superbe cadeau à (s')offrir. Laissez-vous tenter !

Sophie http://www.litteraturejeunesse.fr/2020/12/le-jardin-d-abdul-gasazi.html

Outre le texte réunissant tous les ingrédients pour satisfaire la curiosité des petits, la dimension de l’histoire se déploie dans les tons sépia à travers les illustrations pleines pages dans lesquelles on pénètre, magie oblige, pour se perdre et s’émouvoir sur les traces de l’enfance. Un bien bel album raffiné qui a déjà rencontré un grand succès lors d’une précédente publication, couronné d’un prix de reconnaissance, le Caldecott en 1980. Un incontournable cadeau à planter sous le sapin, à moins que ce ne soit le sapin qui rêve de terminer sa vie dans « Le Jardin d’Abdul Gasazi » de Chris Van Allsburg, publié aux Editions canadiennes D’Eux, souvent évoquées dans cette chronique.

L’Actualité littéraire - Les coups de cœur ♥ d’Erik Poulet-Reney

On retrouve dans cette première œuvre un travail du noir et blanc très particulier, proche de celui de Jumanji, des Mystères de Harris Burdick, de Zathura, etc. Le fantastique, plus encore que dans ses autres albums, est discret : le lecteur, se fiant à la couverture, s’attend à quelque chose de plus spectaculaire et son attente sera trompée, quoique… L’incertitude qui plane sur la réalité de la magie est prégnante. L’errance du jeune héros parti à la poursuite d’un chien, dans ce jardin mystérieux dont l’entrée est justement interdite aux chiens, est nimbée de mystère et pleine de suspens : le propriétaire, Abdul Gasazi, a inscrit sur sa porte, avec son nom, la mention « magicien à la retraite », et cette inscription joue pour le jeune Alan le rôle que la couverture a joué pour le lecteur. Quant à la chute, nul ne peut avoir la certitude qu’elle exclut ou non l’étrangeté. Comme dans L’Épave du zéphyr ou dans Boréal Express un indice, dans la dernière page laisse l’élucidation en suspens. C’est un beau cadeau que nous offrent les éditions D’Eux, basées au Canada : cet album, publié en 1982 par L’école des loisirs était épuisé. Il nous revient dans une belle édition, avec des lettres dorées sur la couverture et un ruban, de même couleur, qui permet de refermer ces mystères.

Anne-Marie Mercier http://www.lietje.fr/2020/12/17/41744/

L'auteur de Jumanji explore les frontières entre la réalité et le fantastique. Les illustrations magiquement créées vont hanter les lecteurs après qu’ils aient quitté le jardin d’un homme magicien nommé Abdul Gasazi. Le texte invite les enfants à questionner le réel, les dessins monochromes jouent avec les perspectives du jardin d'art topiaire et de l'architecture du manoir. Le garçon et son chien nous plongent dans un univers au récit original. Premier livre écrit et illustré par Chris Van Allsburg, qui a été distingué du prestigieux prix Caldecott en 1980.

https://rcf.fr/culture/livres/chris-van-allsburg-un-illustrateur-fantastique

Dans ses albums, Chris Van Allsburg aime jouer des frontières entre réalité et surnaturel, entraîner son lecteur dans des aventures fantastiques, les déstabiliser, voire les effrayer. Il dit d’ailleurs dans une interview : « Mon objectif est d’obliger le lecteur à réfléchir et même à travailler comme devant un puzzle ou une énigme. Mes histoires ne sont pas de celles où tout est dit et, où, à la fin, tout s’éclaircit gentiment. » Dès la couverture, l’auteur-illustrateur nous fait pénétrer dans un monde étrange. Un jeune garçon court derrière un chien le long d’une allée d’arbres, sombres, sculptés, aux formes énigmatiques. Tout nous incite à entrer dans l’histoire pour savoir où va nous mener cette course. Le grand format à l’italienne et les somptueuses illustrations pleine page au fusain et au crayon contribuent à créer une atmosphère inquiétante, un peu surréaliste. Quelques-unes me rappellent des tableaux de Hopper. Les illustrations, toutes en page de droite, débordent sur la page de gauche. Le texte, à gauche, est positionné sur la partie haute de la page : chaque paragraphe démarre par une lettrine dorée et se termine par une petite enluminure. La couverture toilée, le titre aux lettres d’or, le ruban à nouer et le beau papier finissent de donner à ce bel objet-livre sa noblesse, sa dimension intemporelle et énigmatique. Un magnifique cadeau pour tous, enfants et adultes, porte d’entrée dans le monde du fantastique, pour susciter l’envie de découvrir d’autres ouvrages de cet auteur-illustrateur si talentueux.

Martine Abadia Chut on lit #38

C’est un livre beau comme un cadeau imprévu. D’ailleurs pour l’ouvrir il faudra même dénouer le joli ruban jaune qui garde l’his-toire sagement enfermée à l’intérieur des pages. On ne sait ja- mais ce qui peut s’échapper d’un livre... Un vrai régal que cette histoire pleine de malice et de magie aux magnifiques dessins en noir et blanc !

Florence Dalmas Mercredi 6 janvier 2021 | Le Dauphiné Libéré

Ce premier ouvrage de l’américain Chris Van ALLSBURG (1979) qui a obtenu de nombreux prix n’a pas pris une ride. Les histoires de Chris Van Allsburg sont toujours fantasques, insolites, oniriques, merveilleuses. Citons entre autres, Le balai magique, Boréal express, L’épave du Zéphyr… Le premier d’entre eux, magistral, n’échappe pas à la règle. Son album aux couleurs sombres et vieillies et aux personnages mystérieux et figés, véhicule une ambiance étrange, inquiétante, où la frontière entre le réel et l’irréel s’estompe. Distillant des indices, un peu à la manière d’énigmes, Chris Van Allsburg a le don de tenir ses lecteurs en haleine et de les faire réagir ! Ses illustrations à la fois irréelles et très réalistes sont magnifiques. En sépia ou noir et blanc, elles jouent sur toutes les variations de gris, avec des cadrages et des éclairages très étudiés. L’auteur est aussi sculpteur et cela se sent. « Il "intègre" la sculpture à ses dessins. Travaillés au fusain, au crayon, au doigt, à la gomme, à la paume de la main, ils sont pétris, frottés, grattés, polis, … modelés comme une pâte”. Dans cet ouvrage, le personnage par qui tout arrive est un petit chien blanc avec une tâche noire sur l’œil. Il apparaitra dans tous les albums suivants pour jouer un rôle plus ou moins important. Fritz est aussi le chien de l’auteur et très souvent photographié avec lui. On partage, avec sa fugue, tour à tour amusé, affolé, déconcerté, inquiet, perplexe, l’éventail des émotions du jeune garçon. Coup de chapeau pour la chute, pour le choix de rééditer ce très bel album Et … Coup de cœur.

Opalivres Jeudi 7janvier 2021
Page intérieure du livre Le jardin d’Abdul GasaziPage intérieure du livre Le jardin d’Abdul GasaziPage intérieure du livre Le jardin d’Abdul Gasazi

Notre partenaire

Conseil des arts du Canada